Archive for the ‘démarche sécurité’ Category

Un jour que nous rentions de vacances, sur l’autoroute, du côté d’Auxerre, j’ai vu un accident de voiture. Il y avait beaucoup de monde et nous roulions sur deux files, à une bonne vitesse néanmoins.

 

C’est une image assez déroutante. Nous étions dans notre file quand tout à coup, une camionette de déménagement qui était deux voitures devant nous s’est mise à divaguer sur la route, à gauche, à droite, à gauche, à droite, talus latérale, choc frontal violent ! La camionette rebondit sur le talus et s’immobilise sur son côté droit, sur le bas-côté.

Et là il faut intervenir ! Choqué ! Courir et se dire combien de mort ? Pas de suspens, plus de peur que de mal !

Si je parle de cet accident c’est qu’il m’a interrogé sur deux choses qui se sont passées. La première est l’objet de ce billet et la seconde le suivra dans un autre billet.

Comme dans un rêve, j’ai su exactement quoi faire. Un type à l’intérieur appellait à l’aide, et intuitivement, j’ai pris le  pare-brise morcelé avec deux doigts de chaque main (pour ne pas me couper) et sans forcer, je l’ai retiré et je l’ai jeté, à la grande surprise du conducteur qui appelait et qui malgré toute la gravité de la situation s’est arrêté net devant tant de magie !

Pourquoi j’ai fait ça, moi qui ne suit pas secouriste, ni pompier. Je rapproche cette action de la sérendipité dont j’ai déjà parlé par ailleurs.

J’ai toujours été sensibilisé (mon histoire personnelle) à la sécurité et je suis très réactif. j’ai aussi fait mon service militaire dans une spécialité de surveillance. J’ai donc tout un arrière plan mental imprégné par cette fonction. Sans cet arrière plan mental, pas d’intervention possible. La seule réponse  possible que j’aurais pu apporter aurait été "oh ! Les pauvres !"

Et c’est parce que je suis sensibilisé à cette fonction qu’un jour, en regardant la télé ou en écoutant la radio, ou je ne sais trop,  j’ai pris note de cette information : les nouveaux pare-brises (nouveau par rapport à quoi j’en sais rien – nouveau depuis quand j’en sais pas plus !) sont prévus pour ne pas voler en éclat lors d’un choc violent et peuvent être enlever avec deux doigts.

C’est après l’intervention que j’ai analysé pourquoi j’avais agis ainsi et pas sur le coup. Sur le coup j’ai fait et puis c’est tout !

En quoi est-ce que cela relève de la sérendipité  ou de quelque chose d’approchant, pour moi ?

J’ai un arrière plan cognitif préparé qui me permet de sélectionner dans le flux de données des informations qui se transforment instantanément en connaissance, par infusion, par filtrage et non par construction. C’est quasi inconscient ! Survient un élément déclenchant qui me permet d’agir.

Un arrière plan préparé, un filtrage imprégnatif, une changement surprenant dans l’ordre du monde, une action innovante! Je dirais que la sérendipité s’exprime entre le filtrage et la surprise et que l’action déclenchée c’est ce qu’on appelle l’intuition !

A discuter !

Publicités

En 2003, un nouveau directeur nous propose, à ma collègue de l’époque et à moi de conduire une analyse fonctionnelle du CDI.

On va travailler sur plusieurs aspects du CDI pour arriver à analyser comment il est utilisé par les différents publics.

Je me suis demandé dans un premier temps ce qui se faisait au CDI pour ensuite proposer un tableau qui reprend les principales fonctions nécessaires à cette activité, l’implication du documentaliste, la gestion des flux, des espaces, des rangements, les différents droits nécessaires à l’activité ainsi qu’une réfexion sur la sécurité des personnes. C’est un tableau complet qui donne une vue synthétique de l’activité au CDI.

J’ai ensuite fait un document de synthèse qui reprend les informations du tableau et les présente de manière séquentielle.

Dans le même temps, j’ai fait 3 plans :

– un plan des emplacements documentaires, ce qui a permis de mettre en avant l’éparpillement des archives dans l’ensemble de l’espace ainsi que de travailler sur les différents espaces documentaires.

– un plan d’accueil qui présente les flux élèves au CDI, ce qui me permets de pointer les moments potentiellement dangereux

– un plan qui localise les fonctions existantes du CDI

 

A partir de ces outils, j’ai une bonne visualisation de l’activité générée au CDI. Cette analyse me sert encore aujourd’hui.

 

Avec l’unité d’enseignement 155, on entre dans le vif du sujet. C’est de l’informatique, c’est de la sécurité des réseaux, c’est du lourd, on est tous là pour ça. Et si je dis "nous", je ne pense pas me tromper de beaucoup. Je pense que nous avons tous ressenti une certaine impatience à attaquer ce type d’UE pour laquelle, finalement, nous sommes là.

voir ! ?-)

Cette UE est celle sur laquelle j’ai le plus investi individuellement et celle également qui a le plus demandé de travail.

L’objectif précis se voulait une introduction aux systèmes d’information et à la sécurité informatique.

Premier travail, équiper sa boite mail en PGP (pour "pretty good privacy") et échanger entre nous.

Deuxième travail, l’enseignant avait prévu une douzaine de sujet de recherche (e-learning, langages dynamiques, xml, ldap etc.) sur lesquels ils nous a demandé de plancher dans un forum. Il s’agissait de créer une connaissance partagée. Beaucoup de mes camarades maîtrisaient bien ces aspects, moi, non. J’ai souvent eu le sentiment d’être perdu. Je me suis aussi rendu compte que nous étions plusieurs dans ce cas et que souvent, les posts qui étaient mis sur ces forums reflétaient plus la peur de ne pas être à la hauteur qu’une véritable expertise. En un sens c’était réconfortant.

Le troisième travail est la désormais traditionnelle étude de cas collaborative. Ce fut quelque chose d’extrêmement enrichissant. Faire un chat avec une vietnamienne et des antillais avait quelquechose de très fraternel, surtout si on pensait en terme de fuseau horaire. Khanh s’est levée plus d’une fois à 3 h. du mat, alors qu’aux Antilles, c’était le plein après-midi. C’est aussi ça une formation à distance et il s’agit souvent pour les étudiants étrangers d’un investissement beaucoup plus important que pour nous.

Cette étude de cas, c’est Anne qui en a trouvé le sujet, une entreprise sensible (sécurité nationale, dangerosité etc.) qui a besoin d’extraire la connaissance d’une partie de son personnel, proche de la retraite sur des ateliers d’âges et de fonctions différentes. On a proposé des PDA avec transfert XML vers des blogs perso, du minning, de la voix XML, l’utilisation d’un SIG, la totale. Un truc vraiment innovant. Sommaire accessible ici.

Et le plaisir est totale (le flow dirait Jean Heutte) quand deux ou trois mois plus tard, une entreprise limougeaude très web 2.0 propose un concept assez proche du notre. Il ne s’agit pas de plaggiat (de leur part), même si cela m’a titillé l’esprit mais de l’air du temps. Nous l’avions vraiment bien senti.

Cette troisième UE est aussi l’occasion de confirmer des prédilections affectives avec certains membres de la formation. Il existe une émulation qui nous porte à la créativité.

Autre chose également sur le DESS en lui-même. Je commence à me rendre compte qu’il ne s’agit pas forcément d’un DESS très technique mais que ce qui est privilégié est plutôt de l’ordre de l’interaction humaine. Nous avons eu une bonne note à cette étude de cas, et cette note valorisante était supérieure à celle obtenue par des groupes ayant, en leur sein, des membres aux compétences informatiques plus développées.

Dernier travail enfin, une étude de cas individuelle à fournir. Mettre en place un système d’information sécurisé pour permettre à une agence institutionnelle de gérer les efforts environnementaux d’entreprises polluantes par le moyen d’une taxe à calculer.

Ce fut mon cadeau de Noël. Je me souviens encore d’un hôtel, à Perpignan. Les enfants dormaient, mon amie aussi, il était plus de minuit et j’essayais de comprendre quelque chose des réseaux ou de PGP.

Je me suis bien régalé quand même et je suis fier de la qualité du travail fourni, même si les commentaires du prof ont manqué. Ceci étant quelle masse de travail de correction pour lui, et puis on a pas eu de CIEL, et puis c’est un fan de Philipp K. Dick, et puis j’ai le DESS…




  • twitter jadlat

    • Say aquientants not friends then you would be ok 3 years ago
    • When every thing is over all you have is your friends and family 3 years ago
    • Friends Jesus say hypocrites all of you. Please don't be like that we love you all it's nice to see you all doing your thing 3 years ago
    • By me want to see me succeeded even if it's a measely 10 percent and I should stand by you wanting you to ale it so don't use the word frie 3 years ago
    • Are you saying we women of color just hate each other or is this just a show to make money. If you call mea friend I expect you to stand b 3 years ago
    • Hating each other I call you friend but we are all hypocrites what's the message you sending to the young girls coming 3 years ago
    • That is why we have nothing you ever sit and watch you all the message you send is that sisters can't be friends but enemies 3 years ago
    • I don't know if they make you Georgia peach act like that cut throat but we all sisters stand by each other 3 years ago
    • What do I need for me to get what I buy the police 3 years ago
    • Now call express white glove urgent delivery they say they can't find it 3 years ago
  • RSS Bookmarks (Jadlat sur diigo)

    • Erreur, le flux RSS est probablement en panne. Essayez plus tard.