Archive for the ‘Veille’ Category

Sur, BPM, l’auteur revient sur l’essence de sa veille en trois billets (1, 2, 3). Je retrouve dans ces textes beaucoup de points communs avec ma propre démarche. C’est donc avant tout une construction empirique avec comme fil directeur les nouveaux outils à notre disposition.

Classements et accès : rappel

J’ai expliqué, dernièrement, comme j’utilisais le classement thématique pour lire mes flux rss sur netvibes : préférence d’un macro-classement et distinction entre centres d’intérêts faibles et centres d’intérêts forts.

Egalement deux modes de lecture : une lecture chronologique stricte de plusieurs flux avec l’usage des planets ou des flux mixés (industrialisation de la lecture) et une lecture panoptique sur un centre d’intérêt qui me permet de voir qui écrits et quoi ? Et donc ce la me permet de voir un peu ce qui buzze.

Une plus grande transversalité

A côté de ça, j’ai mis en oeuvre des onglets plus transversaux.

J’ai ainsi mis en place une page de veille sur quelques mot clés liés à mes méthode de travail sur wikio, delicious, wasalive.

– des mots clés liés à la relation à l’autre : tutorat, accompagnement, mentorat, coaching ;

– des mots clés liés au mapping : heuristique, concept map etc ;

des mots clés liés au travail à plusieurs : collaboratif et participatif.

– je prévois dans un avenir proche de cibler également quelques méthodes et outils intéressants : brainstorming, storytelling, intelligence collective etc.

J’ai aussi mis en place une veille de veille. Quelques sites, institutions, planets (merci Olivier C. pour m’avoir fait découvrir cet outil) ou particuliers font des veilles qu’ils publient. Je consulte donc ces sites régulièrement.

Lecture quotidienne, communautés et nouveautés

Un blog est pour moi (et pour beaucoup de monde d’ailleurs) un outil d’apprentissage et un outil communautaire. Dans l’onglet lecture quotidienne se retrouve ceux dont la lecture m’apporte souvent des connaissances en phase avec mes besoins d’apprentissage. C’est une page évolutive. Evolutive parce que un apprentissage s’achève toujours. Ce qui reste alors est une familiarité et une appartenance une pensée. C’est ces traces là que l’on retrouve dans cet onglet.

Familiarité et appartenance se retrouve aussi dans l’onglet "mes réseaux". C’est là que je suis avec plaisir les "proches", c’est à dire ceux avec qui j’ai échangé un peu plus que des connaissances. Il y a là, les personnes que je connais via le tutorat et Limoges, via apprendre2.0 ou via twitter (principalement). C’est ici aussi une liste évolutive, sachant que la limite entre les deux est assez floue. Cela me permet d’avoir une vision rapide de ce qu’ils disent et de laisser un commentaire
rapide si cela me dit.

Enfin pour lutter contre l’inflation (lien sponsorisé par Bercy), j’ai mis en place un onglet test. Tous les nouveaux se retrouvent là. Cela me permet de voir si l’abonnement que je viens de prendre est sur le coup de la lecture d’un article enthousiasmant ou si, dans la durée le blog va m’apporter des connaissances.

 

Publicités

Ce billet s’inscrit dans la série sur notre  boulot de tuteur à l’université de Limoges, avec Anne. J’ai déjà indiqué notre légitimité, notre rôle, notre position de passeur entre la théorie et la pratique et enfin les différents positionnement de l’étudiant. Je reviens ici pour parler des outils de communauté et de suivi que nous avions mis en place.

Pour cette formation le premier écueil entre le passage aux apprentissages théoriques et l’application professionnelle est le passage du travail de groupe au travail individuel du consultant. Cet écueil c’est le sentiment de solitude qui nous envahit. Pour pallier à ce problème, quand nous étions étudiants, Anne avait mis en place un wiki très simple avec lequel nous avions échangé pendant quelques temps.

Passer du temps communautaire au temps individuel crée un vide et une angoisse.

En tant que tuteur, nous avons repris l’idée en demandant à nos étudiants de créer des blogs de suivi de leur activité. il y a un intérêt évident pour nous mais il y a aussi en arrière plan cette idée que chacun puisse s’abonner aux blogs des copains. Et il y a un outil qui finalement est très bien pour ça (même si on départ j’étais pas fana), c’est netcipia.

Netcipia, c’est un moteur xwiki (@eogez ;-)) qui permet d’avoir la double fonctionnalité : blog et wiki. Et surtout,une fois identifé sur la plateforme, l’utilisateur est à la fois administrateur de son wiki/blog et lecteur/commentateur, s’il le désire, de celui des copains. Un bon outil. Un dernier avantage pour ce que nous voulons en faire : il est privé partageable.

L’année dernière, par exemple, cela a permis à des étudiants qui étaient sur le même domaine d’activité, et parfois sur des problématiques très proche de se suivre mutuellement. Et je peux vous dire que cela a donné des résultats (de leur appli) très éloignés. Le collaboratif n’est pas du copier coller. Si les périmètres ont pu être proches, les analyse de situations et de besoins allaient dans des directions différentes.

Une autre ferment communautaire a été la mise en place d’une veille partagée via delicious. C’était aussi pour nous et un moyen de faire partager notre veille et aussi et surtout un moyen de faire passer des informations aux étudiants en regard de leur travail et aux regards de leurs collègues. Historie que chacun soit au courant des besoins de l’autre.

Notre collaboration, nous l’avons initié par un chat de groupe, la première année via IRC mais l’année dernière c’était des services de chat en ligne (je ne me souviens plus exactement mais il me semble que l’on a utilisé le service de zoho). Et pendant le cours de l’application, c’est bien sur skype ouvert à n’importe quel moment de la journée (hors temps de travail légal), soir, week end et jours fériés.

Au final, l’usage de ces outils, fortement conseillé, mais jamais obligatoire, nous a permis de suivre les étudiants de manière très fine. Bien entendu, nous avons rencontré tous les types de comportement et ces outils en ont été la fenêtre. Certain s’en sont accomodés, d’autre en ont eu besoin quasi compulsif, quelques uns ne s’en sont jamais servi. Finalement leur usage (ou non usage) a réflété les besoins et les personnalités de chacun.

Je suis en train de réorganiser ma veille personnelle autour de Netvibes (mais pas seulement). Pour cela j’ai du faire le ménage et utiliser de nouveaux outils pour être plus efficace. Je vais vous présenter les principes qui ont conduit à cette réorganisation.

La question centrale est bien entendu le temps passé, d’autant plus que mes activités professionnelles ont tendance à s’accroitre dangereusement.

Problématique

A force d’utiliser netvibes et de m’abonner dès qu’un texte m’intéresse j’ai été victime d’une grosse crise d’infobésité.  Les  six ou sept cents flux suivis se sont avérés parfaitement indigeste.

Parmi ces flux, certains sont morts depuis des mois, d’autres que je ne peux plus visiter, ce qui revient au même.  Quelques perles perdues dans la masse et beaucoup de trucs décevants  à l »usage.

Le classement des flux que j’avais privilégié jusqu’alors était thématique, en lien avec mes centres d’intérêts professionnels (information, management des connaissances etc.) ou personnels (cuisine, bande dessinée etc.) avec un onglet spécial "lecture quotidienne".

Une nouvelle logique

J’ai changé de logique. j’ai dans un premier temps regroupé les flux par pages thématiques "incontournables" pour moi. Il y en a 7 : participatif/collaboratif, management/organisation, technologies, veille/recherche d’informations, formation/FOAD, éducation, intelligence collective/management des connaissances/communautés virtuelles.

 

Centres d’intérêts faibles

Le reste des flux, je l’ai mixé en flux uniques thématiques grâce à rssmixer et j’ai tout mis dans un seul onglet intitulé rssmixer.

 

J’ai ainsi une quinzaine de flux sur le mapping, la veille, le Km, l’info-doc etc. J’ai ainsi une vision panoramique d’une grande quantité de flux. Après test, montre en main, j’ai passé une heure et demi un matin pour 160 nouveaux billets, 23 ouverts, 3 lus avec attention, une dizaine parcouru rapidement et 5 billets ouverts, parcouru ou lu via les liens hypertextes.

Une planète

J’ai aussi, dans la même idée que rssmixer, créée une planet avec planetaki. Une planète permet de mixer plusieurs sites internet (et non des flus rss) qui font de l’actualité et de présenter les nouveautés dès qu’elles sont publiées, toujours de manière antechronologique, et d’en faire donc un seul blog.

Cette planet, je l’ai consacré aux sites et blogs personnels des documentalistes et bibliothécaires que je connais. Lecture rapide et plus agréable qu’un flux.

Pour conclure, je reste dans une vision thématique des flux mais le niveau de classement est plus globale d’une part et différencié en deux modes d’accès : accès thématique fort et accès thématique faible.

Cela impose donc une lecture moins attentive pour le second mode.

 

Sur les anciens du DESSCVIR, un billet à propos du partage du savoir en entreprise revient sur une interview très intéressante de Martine Le Boulaire qui me permet de dessiner en creux le profil d’un pilote de flux : veilleur, knowledge manager, pédagogue, innovateur…

 

Sur Knowledgemouv, des billets de Philippe Martin sur Twitter à essayer quand j’en aurai le temps.

Retour sur une marotte la différence entre connaissance et savoir à propos d’un article de Jean-Michel Salâun. Connaissances sur Internet et savoir dans le codex ? Voire… 

Un environnement personnel d’apprentissage sous forme de mindmap issu de Mindomo. La version embarquée ne passe pas sur blogger, je sais pas pourquoi ?

Pour mémoire, trois formes de tutorat auprès des jeunes librement inspiré d’un billet de savoirspoureussir.fr

 

Sur le Jardinderiri, je me reprends un peu à blogger par là-bas. Un billet sur les clématites en fleur et un autre sur une recette à base de jambon coupé très fin, d’huile d’olive et de parmesan en copeau.

Cela fait désormais trois semaines que j’ai mis en place mon univers netvibes. Il est accessible ici.

Le premier objectif est de partager ma veille de flux rss. Aujourd’hui, je tourne autour d’un abonnement à 800 flux d’information organisé selon sept thématiques qui traversent les différents onglets :

– pédagogie, éducation, formation à distance, tutorat…
– Information-documentation, veille, éducation à l’information…
– Collaboratif, intelligence collective, communautés virtuelles, knowledge management, animation, management
– outils numériques, ergonomie, qualité…
– blogging, écriture…

– gestion de la cité, citoyenneté, politique, aménagement du territoire, environnement, politique numérique…
– jardinage, cuisine, et loisirs

Cette énumération, qui est la formalisation de mes centres d’intérêt est, de ce fait une partie de mon identité.


"Dis-moi ce que tu aimes, je te dirais qui tu es !"

Et c’est le second objectif de cet univers : être la page centrale de mon identité sur le web. Mieux qu’un profil facebook, que je n’ai pas et que je n’aurai jamais, mieux qu’un profil ziki il me semble que netvibes est l’outil type aujourd’hui pour se faire sa carte de visite numérique.

J’aimerais également qu’il puisse devenir la porte d’entrée à l’ensemble de mes outils, ceux que j’utilise, ceux que j’essaie un jour et dont j’oublie l’existence et qu’il remplace ainsi ma boite aux lettres et mon bookmark qui font bien imparfaitement office de.

J’aimerais également que l’aspect social soit mieux intégré et exploitable. Pour l’instant, je ne suis pas persuadé que les outils mis en place répondent aux attentes. J’ai déjà del.icio.us et twitter, que m’apporte netvibes dans ce domaine ? Je vous renvoie à la critique de Bertrand Duperrin sur ce sujet.

Un dernier aspect que je trouve très contraignant dans la version actuelle, c’est la synchronisation des contenus entre la page privée et la page publique. A chaque abonnement ou désabonnement, j’aimerai bien que netvibes me demande de mettre à jour automatiquement ma page publique, soit au coup par coup, soit automatiquement pour les onglets publiques. Voire, qu’il me propose un affichage public pour les nouveaux onglets… En fait qu’il s’adapte, en me le demandant à chaque fois, qu’il y a évolution de ma page privée.

Au bout de trois semaines, j’ai ouvert en fait trois univers netvibes, le mien, celui du CDI de l’établissement et enfin un netvibes creuset de la presse en ligne. En trois semaines, un nouveau besoin s’est fait jour, celui d’un meta-univers : un univers d’univers. Je verrai bien la constitution de cet outil dans le cadre du CDI : un univers presse, un univers Bandes dessinées, un univers contenus x, y, z etc. associé à un blog "nouveautés" intégré dans un univers "page d’accueil". La fonction sociale de l’univers pourrait alors prendre tout son sens dans une galaxie d’univers de centres de documentation et d’information. Bien entendu, et c’est là que se situe le besoin, tous ces univers auraient une identité numérique unique, celle du CDI.

Je reprends ici une partie d’un billet déjà parru et dont la forme ne me plaît pas.


 

J’ai indiqué pourquoi je jetai certains blogs. Je ne lis pas qu’un seul blog heureusement (ouais quoique..!) et je ne fais pas que jeter des flux, j’en promeut aussi certains autres. Dans mon onglet "lecture quotidienne", de netvibes, (voir ici mon mode de fonctionnement) certains flux ont donc rejoint la catégorie reine de mon agrégateur alors que les bannis rejoignaient les onglets inférieurs, thématiques. Pourquoi promouvoir ces flux ?

Souvent, je les ai dans mon agrégateur depuis très longtemps. J’y passe de temps à autre, je lis parfois un article mais je ne m’y attarde jamais (plus de 800 flux quand même). Mais je sais qu’ils sont là et un jour, à la lumière de deux ou trois billets lu d’afillée, je crois le moment venu de me familiariser plus en détail avec la pensée de cette personne.

Je crois fondamentalement qu’une fois qu’un bloggeur a fini de m’apporter ce que je recherchais, je le remplace par un autre dont je sais qu’il va pouvoir m’apporter quelque chose de différent qui me manque.

J’ai donc à ma disposition un réservoire de blog (réservoire blog) dont certain sont en lecture quotidienne, et d’autres en attente. Chaque blog lu m’apporte un peu chaque jour.

Comment alors je procède pour trouver mes blogs. Rien d’innovants : c’est en grande partie les copains qui parlent des copains qui parlent…

Et puis il y a wikio (merci Adrien d’être passé), wasalive, les alertes googles etc.

 

Je reprends ici une partie d’un billet déjà parru et dont la forme ne me plaît pas.

 


 

A rennes, j’avais suivi d’un oeil distrait une conférence sur la veille. L’un des intervenants présentait l’intérêt des flux rss. Il avait présenté également son agrégateur, qui était netvibes. Lors de cette présentation je j’avais vu supprimer d’un click l’un des flux qui avait l’heur de ne plus lui plaire. Ils nous avaient alors dit qu’il en avait un peu marre de le lire.

 

Cet acte m’avait interpellé, les flux aussi étaient donc jetables. Depuis, je me suis rendu compte également que certains blogs que je suivais régulièrement avec enthousiasme naguère, perdait aujourd’hui, pour moi, de leur intérêt. Et je me demande pourquoi ?

J’ai déjà expliqué en terme d’apprentissage, ce que m’apportait la lecture suivie de certains blogs. Il est clair que j’ai arrêté d’en lire certains car ils deviennent trop redondant pour moi. Soit parce que leur discours tourne autour d’un segment trop réduit et que j’en ai fait le tour, soit parce le ce segment ne m’intéresse plus. Ces blogs ne m’apportent plus de connaissances.

 

Mais il n’y a pas que ça !

Je lis aussi un blog parceque j’ai plaisir à en lire certain. Sur les anciens du dess cvir, j’avais dit tout le bien que je pense de Jean Véronis. Je comprends pas toujours tout mais c’est toujours passionnant.

 

Enfin, une dernière chose sur la lecture d’un blog.

 

Un blog ne véhicule pas simplement de la connaissance pure ; ce n’est pas simplement un style agréable sans contenu ; c’et aussi un point de vue sur le monde. Lire un blog régulièrement, c’est aussi accepter que son auteur essaie de me convaincre et débatte avec moi si j’ai déjà une conscience aigüe de ses intensions, en un mot qu’il me change. Ce qui est important, bien plus que la connaissance diffusée, c’est son regard.

J’ai suivi avec intérêt des blogs pour la connaissance qu’il m’apportait, pour le style et pour le point de vue sur le monde que développait leurs auteurs. Et c’est pour les mêmes raisons, ensemble ou non, que j’ai arrêté de les lire.

Les blogs sont bien jetables, mais finalement c’est pour la même raison que les autres objets à lire.

Je ne suis pas très satisfait du travail effectué.

 

Je n’ai pas su accrocher les élèves. Une des raisons est probablement de ne pas avoir pris assez de recul par rapports aux outils et à mes pratiques. J’ai trop centré sur les outils alors que je suis le premier à dire que ce n’est pas là l’essentiel. En même temps les outils actuels, de part leur facilité d’utilisation induisent cette entrée.

 

J’ai aussi voulu faire un copier coller de mes pratiques, hors, ça ne marche pas ou alors cela a marché avec quelques élèves technophiles en voie de geekisation. C’est loin d’être la majorité de nos élèves.

 

Le sujet ne se prêtait peut être pas vraiment à un travail de ce genre, quoi que…

 

Il aurait alors peut être fallu que j’individualise plus la pratique mais nous sommes contraint par le temps. On retrouve la même problématique que partout : comment monter des séances alors que tous les temps transversaux à notre disposition sont déjà bien remplis et que les enseignants voient, en paralèlle à une perte d’heures dans leurs enseignements, l’accumulation de tâches qu’ils vivent comme parasites. A force d’imposer aux gens sans leur demander leur avis, il ne faut pas s’étonner qu’ils deviennent réservé quand, nous documentaliste avons une proposition à leur faire.

 

En fait, il faudrait faire ce travail sur l’année, avec des enseignants qui comprennent l’intérêt d’une telle activité et qui n’acceptent pas de faire ce travail par amitié. Il faut du temps pour installer ces pratiques et du temps pour prendre l’habitude de les appliquer. Ce pose maintenant la question de la stratégie à employer pour généraliser ce travail sur un temps long, l’année prochaine.

 

Une chose m’a également étonné, c’est que les élèves n’ont pas adhéré au morcellement que j’avais mis en place, soit 10 à 20 minutes de formation à la veille et le reste du temps (30 minutes) en recherche sur le thème d’ECJS, la pauvreté. L’unité de temps d’une heure n’est pas partageable !

 

En fait, je crois qu’ils se sont demandés ce qu’il faisait là ! A la question qui tue, continuez-vous à vous servir de ces outils, j’ai eu un grand et profond silence.

 

Bon, 100 fois sur le métier, remettre son ouvrage !

Blogged with Flock

La dernière séance tourne autour du bookmarking social avec un outil principal, del.icio.us et je mentionne également un second outil Yoono que l’on ne présente du fait des fortes contraintes qui pèsent sur l’intranet de notre établissement.

 

Je présente rapidement del.icio.us comme un service qui permet de sauvegarder ses pages favorites en ligne et surotut de les partager avec les autres utilisateurs du service. On a ainsi une base de données, user generated content. Cela permet ainsi de voir les pages les plus populaires .

 

Ensuite, un autre intéret, consiste dans le tagging de ses pages : l’usage des folksonomies. Il convient donc de définir ce qu’est un tag, à savoir un mot clé librement choisi par l’usager, et une folksonomie vue comme un mot valise constitué des mots folk (peuple – populaire) et taxonomie (l’art de classer – très rapidement), c’est à dire des listes de mots clés créées par les usagers.

 

L’usage des fils rss va rendre l’usage de ces outils très redoutable pour la veille, car ils vont permettre dans un premier temps de s’abonner aux fils par "tag" mots clés comme on l’a vu avec les digg like. dans un second temps, ils vont permettrer également de s’abonner aux bookmark de personnes. Il va alors falloir faire une recherche pour repérer les personnes dont les tags réflètent des mots clés proche de ses besoins. Un grand nombre de mots clés sur des thématiques proches va permettre d’identifier un expert. En recoupant avec des outils déjà vues, il est donc possible de repérer les sites ou blogs de ses personnes.

 

Je présente rapidement également yoono, mais oralement sans l’utiliser, qui a comme inconvénient d’utiliser les bookmarks résidents mais comme énormes avantages d’utiliser la serendipité, à chaque ouverture de firefox, il me permet de découvir une page web par recoupement de mes propres pages bookmarkés ; et de permettre de repérer également des experts.

 

La veille consiste donc à repérer des sites susceptibles de nous aider, mais aussi des mots clés permettant de faire de la veille sur des bases de données spécifiques (digg like, bookmark etc.) et également donc à repérer des personnes dont les centres d’intérêt reflètent une expertise probable.

Blogged with Flock

Tags: , , , , , , , , , , , , , ,

La troisième séance est consacrée aux Digg-Like (comme Digg) défini comme des moteurs de recherche sur des blogs et l’actualité, mais aussi des textes rédigés directement sur le service. Ce dernier type de document permet d’introduire la notion d’user generated content (UGC).

 

L’intérêt de ces services (et leurs limites aussi) est de ne pas utiliser un algorithme de pertinence pour classer les résultats mais de se servir des lecteurs à qui on va proposer de voter pour l’intérêt d’un article. Les plus populaires sont donc les plus pertinents. C’est le principe de la star’ac appliqué aux documents. En votant aléatoirement pour n’importe quel article, ce que je fais pendant la séance, montre les limites d’un tel système.

 

Le deuxième intérêt de tels services est de permettre un abonnement rss sur des recherches, soit par mots clés, soit par rubriques. On a donc vu que on pouvait s’abonner sur des sites, on voit aujourd’hui que l’on peut s’abonner sur des recherches.

 

Les deux services que je propose sont wikio (le plus connu en France) et Wasalive qui est à mon sens le plus intéressant. Les alertes google rentrent dans cette catégorie, ainsi que les abonnements par rubriques des grands quotidiens nationaux.

 

Les sites de news sont aussi intéressants pour cette question comme google news, yahoo news mais aussi des trucs moins connus et pas mal à mon avis comme widepress ou newstin. A voir pour faire un travail spécifique l’année prochaine sur ces outils-ci.

 

Le troisième intérêt de ces services est de permettre assez rapidement de voir les blogs les plus intéressants, et donc de repérer assez rapidement les experts d’un domaine qui publie. La notion d’expert peut d’ailleur poser problème, mais je n’aborde pas cette question dans cette séance. Pourtant, il y aurait un travail intéressant sur la notion de popularité, d’autorité et d’expertise (voir affordance et d’autres pour cela).

 

Pour terminer sur un point de démarche, une veille n’a d’intérêt que par rapport au temps passé. La veille est un processus de flux en continu.

Blogged with Flock

Tags: , , , , , , , ,




  • twitter jadlat

    • Say aquientants not friends then you would be ok 3 years ago
    • When every thing is over all you have is your friends and family 3 years ago
    • Friends Jesus say hypocrites all of you. Please don't be like that we love you all it's nice to see you all doing your thing 3 years ago
    • By me want to see me succeeded even if it's a measely 10 percent and I should stand by you wanting you to ale it so don't use the word frie 3 years ago
    • Are you saying we women of color just hate each other or is this just a show to make money. If you call mea friend I expect you to stand b 3 years ago
    • Hating each other I call you friend but we are all hypocrites what's the message you sending to the young girls coming 3 years ago
    • That is why we have nothing you ever sit and watch you all the message you send is that sisters can't be friends but enemies 3 years ago
    • I don't know if they make you Georgia peach act like that cut throat but we all sisters stand by each other 3 years ago
    • What do I need for me to get what I buy the police 3 years ago
    • Now call express white glove urgent delivery they say they can't find it 3 years ago
  • RSS Bookmarks (Jadlat sur diigo)

    • Erreur, le flux RSS est probablement en panne. Essayez plus tard.