Archive for the ‘expression des besoins’ Category

Contexte

Dans le cadre d’une formation que j’ai fait aux enseignants sur le B2I, la commande était la suivante :

– le domaine 4 du B2I,

– liberté de proposer le contenu de la formation,

– inscription libre des enseignants,

– deux créneaux de formation, un créneau "débutant" et un créneau "approfondissement"

– une dizaine d’inscrits par module de formation

– sur une heure et demi.

Un work in contexte (MAJ n’importe quoi!) progress (/MAJ)

En même temps que j’ai fait la recherche bibliographique, j’ai aussi dans un premier temps mis à plat ce que je pouvais proposer. Je l’ai groupé sous forme de pavés, dans une progression de difficultés.

Ces blocs sont soit des blocs compétences, soit des blocs connaissances. Il s’agit d’un mode de classement arbitraire puisque dans la réalité il y a interpénétration des deux mais qui me permet de poser mes idées.

C’est une sorte de work in progress toujours à recommencer. Ce n’est certainement pas exhaustif et c’est très contextualisé. C’est quasiment un brainstorming qui aurait été réalisé par une seule personne et c’est ici.

Mise en place des bureaux symbaloo

En même temps que je travaillais sur la recherche bibliographique et sur ce work in progress, j’ai travaillé à la construction de mes bureaux symbaloo dans lesquels je comptais mettre tous les outils de recherche que j’utilise et plus si affinité.

J’ai donc désormais :

– un bureau outils de recherche classiques

– un bureau archives scientifiques (ouvertes en général)

– un bureau deep web

– un bureau encyclopédies et portails

– un bureau outils linguistiques

– un bureau catalogues de bibliothèques

– un bureau outils de formation

Partir des besoins pour les traduire en actions

J’ai ensuite pensé à faire une enquête sur les compétences informatico-internet des personnes qui voulaient s’inscrire en leur proposant au dos de l’enquête quelques possibilités de formation. Finalement j’ai été voir chacun des participants et je leur ai demandé ce qu’ils en attendaient.

Finalement, j’ai décidé de centrer la première formation, conformément aux conseil de Frédéric Rabat, sur l’usage de Google avec deux parties, une partie technique de recherche et une partie démystification de l’outil.

La seconde formation a plus été centrée sur l’usage d’internet pour l’enseignant avec un module outils pouvant être utilisés, un module veille et un module Droit. Ces trois modules répondant aux demandes des enseignants.

Les outils de la formation

Une fois cela déterminé, j’ai commencé à construire mes séquences, sous forme de mindmap en parallèle avec la construction du diaporama d’accompagnement qui m’a également servi de fil directeur du scénario de formation.

A partir de mes bureaux symbaloo, j’ai aussi construit un bureau symbaloo spécial pour chaque formation. L’objectif est de permettre aux participants d’avoir accès à tous les outils prévus à partir d’un seul outil, le symbaloo. C’est aussi un des grands avantages que je vois à cet outil.

J’ai aussi préparé une page HTML classique dans laquelle il y avait l’adresse d’un bureau symbaloo, le rappele du diaporama et une ou deux autres informations très succintes. L’objectif de cette page est d’être la porte d’entrée dans la formation des participants.

La construction de cette page m’a permis de découvrir et de travailler avec Amaya qui est un éditeur web construit pas le W3C et qui respecte donc les standards édictés par cet organisme. Je le trouve très intuitif et très souple à utiliser.

Pour finir j’ai construit un diggest des informations recueillies à donner aux participants pour leur permettre d’aller plus loin. Tous les outils et documents produits étaient à emporter à la fin de la formation.

Dans le cadre de la réflexion engagée sur l’utilisation du CDI, et après la mise en place du fonctionnement CDI / étude, j’ai également, avec ma collègue de l’époque, mené une enquête sur l’utilisation du CDI par les élèves des classes terminale. L’objectif de l’enquête était d’avoir un retour sur les changements déjà opérés et d’avoir une base de réflexion sur l’avenir. Les résultats sont ici. Cette enquête a permis de mettre à plat les pratiques des lycéens, ce qui nous a permis d’adapter notre politique aux besoins  exprimés.

L’année suivante, j’ai proposé une autre enquête auprès des enseignants avec l’objectif de mettre en place une commission CDI permettant une meilleure communication entre les enseignants et les documentalistes. Les résultats sont ici.

Après cette dernière enquête, on a mis en place une commission. L’objectif était d’institutionnaliser et de rendre visible aux yeux de l’institution, un travail bien souvent implicite de relations. Cette commission, pendant deux ans, a pu donner quelques réponses intéressantes : nouveaux abonnements, bibliographies à acheter, menus aménagements de l’espaces.

1. La recherche du stage

2. Approche professionnelle

3. La lettre de mission

4. Mise en projet

5. Expression et analyse des besoins

6. Etude d’avant projet

7. animation du groupe initiateur

8. Retour sur le travail effectué et métacognition

9. This is the end…

L’expression des besoins. Bien, il faut faire remonter les besoins de l’association en interrogeant et en menant des enquêtes pour voir si les attentes du président de l’assocation correspondent aux besoins réels.

Une enquête ! Ah oui mais…

Et je réalise tout à coup que je suis en situation de TPE. Ce que je vais devoir faire, c’est ce que nous demandons aux élèves. Et finalement, je me rend également compte que ce que je demande aux élèves, je ne l’ai jamais fait !!!

Je mène des entretiens auprès des membres du groupe initiateur ainsi qu’auprès de personnes qui ont eu une responsabilité dans le travail des groupes. J’ai réalisé pour cela un questionnaire support qui doit me permettre d’appréhender la vie de l’associaton, les interactons entre les membres et le degré d’utilisation d’internet.

je réalise également une enquête, via mail, auprès de membres impliqués dans le travail de groupe. Cette enquête vise à comprendre le fonctionnement des groupes et les interactions inter-membres. Je vais avoir un retour correct de 25 %, ce qui n’est pas si mal je pense.

Le traitement des données va être long et difficile à organiser. Et là c’est la grande découverte : je vais me servir de Cmap Tools, un logiciel qui permet d’éditer des cartes conceptuelles.

 

Jusqu’à présent, les cartes mentales sont un outil que j’utilise en dilettante, de loin en loin. J’ai déjà testé plusieurs logiciels sans vraiment pousser plus loin l’utilisation. Avec ce traitement des besoins de l’association, je découvre un outil intellectuel d’une puissance que je ne soupçonnais pas.

Grâce à cette carte, j’ai pu formaliser les besoins et j’ai aussi découvert que cela pouvait être un outil de communication. C’est cette carte qui m’a permis d’avoir du crédit auprès du maître de stage. Jusqu’à présent nous étions dans une relation prudente l’un face à l’autre. Avec cette carte, je pense que les portes se sont ouvertes.

1. La recherche du stage

2. Approche professionnelle

3. La lettre de mission

4. Mise en projet

5. Expression et analyse des besoins

6. Etude d’avant projet

7. animation du groupe initiateur

8. Retour sur le travail effectué et métacognition

9. This is the end…

j’ai déjà signalé ici et mes difficultés à trouver du sens aux enseignements que je suis, ou plutôt un fil directeur, une logique de l’enseignement. Je l’ai déjà dit, je suis venu pour travailler sur les communautés virtuelles et j’ai rencontré d’autres trucs auxquels je ne m’attendais pas.

Bon revenons un peu en arrière, nous sommes en janvier, on vient de finir l’ue 161 et il faut trouver un stage. A ce moment-là, je suis tellement content d’avoir survécu que je me dis que si je trouves rien, ce n’est pas bien grave. En fait je ne vois pas comment résoudre l’équation travail salarié et application pro, non pas en terme de temps de travail, je sais désormais que j’assure à ce niveau, mais en terme de dispositif juridique.

Je vais quand même essayer de trouver un lieu de stage.

Par acquis de conscience, j’ai demandé à mon patron. Mes explications ont été peu convaincantes. Dont acte !

J’ai ensuite essayé par la mairie de mon village. Un élu que je connais m’a dirigé vers le secrétariat de la mairie. Il pense que c’est pour m’occuper du site internet (qui est pauvre d’ailleurs) et dans l’état de désappointement dans lequel je me trouve, je suis pas loin de penser la même chose. La piste ne donne rien et heureusement d’ailleurs.

Mais on m’indique d’aller voir dans une mairie voisine. J’obtiens un rendez-vous. Ce qu’attend l’élu que je rencontre, c’est la mise en place, autour du site web de procédures administratives dématérialisées. Je parle vaguement d’échanges et de forum permettant à la majorité et à l’opposition municipale de s’exprimer. Très mauvaise pioche…

La piste des mairies ne donnera rien. Il faut dire que je l’ai suivie, obnubilé par le thème choisi dans l’ue 161.

Ces premières approches m’ont dégourdi un peu les neurones. Je sais ce que je ne veux pas. En même temps, on suit l’ue 165 qui nous permet de nous remettre un peu dans les objectifs du DESS, tel que je les voyais.

Je reviens donc à ce que je connais, l’éducation.

Je vais envoyer pas mal de CV dans les structures à distance des campus de la région, au cnam, à l’UVPL etc. Peu de réponse.

Autre chose me turlupine depuis le début du DESS, l’absence d’une bibliothèque des anciens travaux et l’absence d’une communautés des anciens du DESS. J’ai donc proposé à Isabelle Gonon et à Guy Casteignau de mettre en oeuvre une communauté virtuelle des anciens qui inter-agirait avec les enseignements actuels, en appoint aux enseignements et à la découverte de lieu de stage etc. L’idée leur a plu mais le temps consacré à un stagiaire les a un peu effrayé.

 

Mais désormais, je sais ce que je veux et je vais désormais cibler mes demandes.

Les travaux personnels encadrés se termine dans le lycée dans lequel je travaille, l’occasion pour moi de revenir sur une une innovation majeure en pédagogie ces dernières années.

Il s’agit pour des élèves de mener à terme un projet à plusieurs, sur un temps éducatif long (5 mois). Le projet consiste, à partir d’un thème de travail défini, à cerner un sujet de recherche, à le problématiser et à répondre à cette problématique en expérimentant et en recherchant des informations. L’objectif final est de faire un document dont le support peut prendre toutes les formes possibles et inimaginables (pièce de théâtre, panneaux, diaporama etc.)

Si vous voulez en savoir plus sur ce qu’est un TPE, je vous conseille un album jeunesse qui retrace parfaitement la démarche. Il s’agit de L’Ogre de Mouflette Papillon de Magali Bonniol.

Cette innovation a fait partie des réformes Allègre qui ont vu également l’introduction de l’ECJS (éducation civique, juridique et sociale), des PPCP (projet professionnel à caractère pluridisciplinaire), le conseil de vie lycéenne etc. En 15 ans d’exercice, cela a été la seule réforme de fond de l’éducation nationale que j’ai vécue.

Cette réforme a été importante pour les documentalistes, car elle les a mis au centre du jeu. Mener une recherche d’information était une activité périphérique auparavant. Il s’agissait souvent d’une solution ready made à la démotivation des élèves. Cette réforme l’a rendue centrale comme elle a rendu centrale la gestion de projet, surtout dans l’enseignement général.

D’un point de vue personnel, cette réforme coïncide avec l’obtention du CAPES. Au CEPEC, l’organisme formateur, dans lequel j’ai suivie la formation préparatoire, les deux semaines de préparation à la venue de l’inspecteur (2e année) furent clairement du bourrage pour faire de nous de gentils petits moines soldats de la réforme.

C’est fort de cette légitimité nouvelle que me donne le CAPES, que nous allons discuter dans l’établissement sur le contenu de cette réforme et sur la méthode à construire. Car tout est à construire.

Les premières réunions vont être des parties de manivelles où chacun va vouloir imposer son point de vue et tirer le nouvel espace vers sa discipline et ce qu’il connaît le mieux. Je ne suis pas en reste et certains échanges, lors de réunion préparatoires, seront très chaud avec quelques collègues, notamment une prof de SVT, aujourd’hui à la retraite, avec qui finalement j’ai travaillé pendant les 7 années qui ont suivi, période durant laquelle une estime réciproque très forte s’est construite et qui aujourd’hui me manque professionnellement. Comme quoi se crêper le chignon n’est pas forcément mauvais.

Premier bilan de ces réunions : les TPE auront lieu au CDI et je fais partie des équipes, du moins je suis accepté pour l’instant, car tout est toujours à recommencer dans ce métier.




  • twitter jadlat

    • Say aquientants not friends then you would be ok 2 years ago
    • When every thing is over all you have is your friends and family 2 years ago
    • Friends Jesus say hypocrites all of you. Please don't be like that we love you all it's nice to see you all doing your thing 2 years ago
    • By me want to see me succeeded even if it's a measely 10 percent and I should stand by you wanting you to ale it so don't use the word frie 2 years ago
    • Are you saying we women of color just hate each other or is this just a show to make money. If you call mea friend I expect you to stand b 2 years ago
    • Hating each other I call you friend but we are all hypocrites what's the message you sending to the young girls coming 2 years ago
    • That is why we have nothing you ever sit and watch you all the message you send is that sisters can't be friends but enemies 2 years ago
    • I don't know if they make you Georgia peach act like that cut throat but we all sisters stand by each other 2 years ago
    • What do I need for me to get what I buy the police 2 years ago
    • Now call express white glove urgent delivery they say they can't find it 2 years ago
  • RSS Bookmarks (Jadlat sur diigo)

    • Erreur, le flux RSS est probablement en panne. Essayez plus tard.