Sur l’identité numérique, traces

Je poursuis le déroulement de la formation que je prévois sur l’identité numérique avec ce qui fait le coeur du problème : les traces.

Ces traces peuvent répondre à Cinq questions :

– Tu es qui ?

– Tu es où ?

– Tu fais quoi ?

– Pourquoi tu fais ça ?

– Comment tu fais ça ?

1. L’identité numérique est une identité tracée

Dans cette première diapo, je regarde d’abord les traces profilées, c’est à dire les traces qui servent à dresser un squelette de nous sur le web. On est là véritablement dans le coeur de l’identité numérique.

Ces traces doivent apporter la preuve de ce que nous sommes et pour cela, seules les trois premières questions sont nécessaires  : qui ? Où ? Quoi ?

Par exemple les premiers échanges avec une personne pour faire connaissance passent par ces questions :

– ah oui, votre nom c’est Hubert ? Et vous travaillez où ? Ah l’import-export c’est très bien !

Questions de belles-mères, questions intemporelles !

L’identité numérique ne va plus loin que ça pour moi. Il s’agit juste du squelette individuel, du profil.

Ce n’est que la transposition sur le web de la carte d’identité.

Sauf que le registre d’Etat Civil n’existe pas, ou plutôt si, il est éclaté sur l’ensemble des espaces numériques sur lesquels nous naviguons. Ou plutôt non, à chaque espace son registre.

Sauf que derrière, il n’y a pas un interlocuteur unique, l’Etat, qui vaut ce qu’il vaut mais que nous connaissons, et qui répond aux normes établies depuis deux siècles mais des milliers d’interlocuteurs que nous ne connaissons pas forcément et dont les intentions nous sont cachées.

La liste des traces que nous laissons, volontairement ou non, inscrite sur cette carte n’est pas limitative bien sûr.

2. Prendre le contrôle de ses identités actives

Pour aller plus loin que ces simples traces, il faut prendre le contrôle de son identité. Cela passe par  l’exposition des actes que nous faisons, professionnellement ou socialement.

Nous sommes là dans le que fais-tu ? Mais il s’agit désormais de communiquer sur ses pratiques et en même temps d’apporter la preuve de ces actes.

Il s’agit de prouver ses compétences et connaissances professionnelles, mais aussi de montrer ses engagements, ses intérêts, ses loisirs etc.

C’est à ce moment que l’on va répondre aux deux questions laissées en suspend dans l’identité numérique : pourquoi on fait cela ? Quelles sont les valeurs qui nous portent ? Et comment on procède ? Quelle est notre niveau de compétences, nos méthodes de travail, nos outils etc.

Dans le où ? c’est les espaces dans lesquelles nous établissons nos pratiques, professionnelle, sociale ou autre. C’est des espaces numériques (blog, etc.) ou des espaces physiques (entreprise, Cité).

A l’intersection entre le où et le qui ? c’est l’espace relationnel : les différentes communautés auxquelles nous appartenons / participons, nos réseaux etc. C’est nous avec les autres comme une composante de notre identité.

3. Des identités agressées

C’est aussi sur ces questions là que se jouent les agressions identitaires sur le web. C’est en tout cas là-dessus que se focalise l’ensemble des médias et se cristalisent les peurs.

Cette diapo est à la croisée entre le crime, l’intimidation, l’espionnage et d’autres choses encore et toujours articulé autour de ces deux pôles liberté / sécurité qui sont l’article 1 de la déclaration des droits de l’homme.

Dans tous les cas, ces agressions renvoient aussi bien à l’identité numérique qu’à l’identité active.

(Sur cette question, je ne suis pas sûr d’avoir pensé à toutes les situations existantes. Si les commentateurs éclairés veulent enrichir la diapo, je prend.)

4. Toutes ces traces…

Il convient donc de construire son profil et de veiller aux attaques dont ils pourraient faire l’objet. Un profil ce n’est pas un individu, c’est l’expression, la représentation d’un individu.

Cette représentation est faite de touches impressionnistes

Publicités



    Laisser un commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

    Photo Google+

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

    Connexion à %s


  • twitter jadlat

    • Say aquientants not friends then you would be ok 3 years ago
    • When every thing is over all you have is your friends and family 3 years ago
    • Friends Jesus say hypocrites all of you. Please don't be like that we love you all it's nice to see you all doing your thing 3 years ago
    • By me want to see me succeeded even if it's a measely 10 percent and I should stand by you wanting you to ale it so don't use the word frie 3 years ago
    • Are you saying we women of color just hate each other or is this just a show to make money. If you call mea friend I expect you to stand b 3 years ago
    • Hating each other I call you friend but we are all hypocrites what's the message you sending to the young girls coming 3 years ago
    • That is why we have nothing you ever sit and watch you all the message you send is that sisters can't be friends but enemies 3 years ago
    • I don't know if they make you Georgia peach act like that cut throat but we all sisters stand by each other 3 years ago
    • What do I need for me to get what I buy the police 3 years ago
    • Now call express white glove urgent delivery they say they can't find it 3 years ago
  • RSS Bookmarks (Jadlat sur diigo)

    • Erreur, le flux RSS est probablement en panne. Essayez plus tard.

%d blogueurs aiment cette page :