Evaluations de l’information

Posted on August 23, 2009
Filed Under Evaluation de l’information, base de données, connaissance en cours de construction, document, identité numérique, info-documentation, recherche d’informations | |

J’étais parti pour faire un petit billet sur mon ”vite dits” et il apparaît que non ce n’est pas vite dit et qu’en plus, il faut que je fouille un peu ça.

Trois billets ce matin pour parler du sujet de l’évaluation.

le billet de Internetetopinion revient sur la pyramide des médias pour en faire une critique très intéressante. Il montre l’importance de la notion de prescripteur, dont je parle assez régulièrement (mon histoire sur le pharmacien ou celle sur l’accident) mais sur laquelle il faudrait, je pense, insister en la distinguant de la notion d’auteur avec laquelle elle est liée.

Ce billet relate une manipulation qui ne peut pas être taxé de mensonge mais de jeu sur l’implicite du lecteur et qui renvoie aux intentions du prescripteur. Et là, on est donc sur deux niveaux, celui des méthodes utilisées pour manipuler et celui des logiques d’acteurs en oeuvre.

Le second billet est de Jacques Breillat sur les métadonnées. Il part des 15 items « légitime » du Dublin Core qui sont pour lui une grille à exploiter dans une usage avancé de Google. Nous passons là d’une recherche classique à une recherche sur champs, ce qui signifie une connaissance du fonctionnement d’un moteur de recherche.

L’évaluation, ici s’appuie sur cette connaissance pour donner une vision « structurée » du contenu. Nous sommes quasiment ici dans une vérité mathématique du contenu (assertion à modérer fortement bien entendu par les logiques d’acteurs).

C’est ici du travail documentaire classique. il faudra d’ailleurs que l’on m’explique comment on en vient au terme de web sémantique et pourquoi pas au terme de web documentaire (bon c’est moins sexe).

le dernier billet est écrit par Bruno Devauchelle (qui m’aura fait phosphorer ce matin : ici et ici et ici) sur le nécessaire apprentissage des processus de popularité à l’oeuvre sur le web et sur le besoin d’évaluer ces processus. Ce qui est à évaluer n’est plus sur le contenu mais rejoint les logiques d’acteurs. On doit travailler d’une part sur les acteurs mais aussi évaluer les processus sociaux, c’est à dire les chemins de prescription (ou d’auto-prescription)

Si je reviens sur ces trois articles, c’est qu’à mon avis ils montrent ensemble une évolution du web et des pratiques d’évaluation avec l’arrivée programmée du web sémantique et un web social de plus en plus pregnant.

Pour évaluer, il va falloir donc dans un premier temps avoir une connaissance fine de ce qu’est le web, une base de données, un auteur, un prescripteur (ou une recommandation)…

Il va aussi falloir travailler sur les techniques de manipulation, sur la rumeur, sur plein d’autres choses qui vont bien au delà de la seule pratique du web, vers une culture de l’information probablement mais surtout vers la redéfinition d’un honnête homme du 21e siècle.

Publicités



    Laisser un commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

    Photo Google+

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

    Connexion à %s


  • twitter jadlat

    Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.

  • RSS Bookmarks (Jadlat sur diigo)

    • Erreur, le flux RSS est probablement en panne. Essayez plus tard.

%d blogueurs aiment cette page :